Aller au contenu principal

Le paysage : créer une atmosphère

Notez cet article
Aucun vote pour le moment

Sérénité du petit matin, irréalité d’un décor brumeux, théâtralité d’une scène d’orage… Un paysage dont on se souvient se caractérise d’abord par une atmosphère identifiable.

 

Avant de commencer, quelques repères essentiels :

- Par temps ensoleillé, la limpidité du ciel tranche avec les couleurs vives des sujets. Préférez les éclairages intermédiaires (milieu de matinée ou d’après-midi), définissez des ombres douces et de légers contrastes.

- Réservez la lumière de midi, forte et écrasante, aux sujets qui le méritent : façades blanches sur mer azur, par exemple.

- Pour dramatiser une scène, recherchez les luminosités extrêmes (coucher de soleil, tempête) et accentuez au maximum les contrastes, jusqu’au clair-obscur.

1. Dramatisation mode d’emploi

- Osez les traitements inattendus, par exemple en nocturne, en dessinant en négatif sur un papier sombre.

- Mettez vos sujets en scène : choisissez un point de vue en contre-plongée, introduisez un premier plan très fort.

- Accentuez les reliefs de vos centres d’intérêts par des empâtements importants, ou une densité de pigments élevée si vous travaillez avec des médiums secs.

- Soulignez les contours des sujets par une ligne foncée, saturez et assombrissez leurs couleurs.

- Renforcez tous les contrastes.

2. Travailler en clair-obscur

Quel que soit le nombre de couleurs impliquées, le contraste naît de l’opposition entre tons clairs et foncés. Plus l’opposition entre fond et sujet est radicale, plus ce dernier gagne en relief et s’impose dans une composition résolument théâtrale.

- Dans une scène globalement sombre, un sujet très éclairé, presque baigné d’une lumière surnaturelle, attire le regard : c’est l’essence du clair-obscur tel que l’a défini Rembrandt. Dans l’aquarelle de Matthias Braun, ci-contre : l’écume et la partie claire du ciel, traitées grâce à la technique de la réserve (le papier est laissé apparent).

- Vous pouvez rechercher l’effet inverse en assombrissant fortement vos sujets pour exalter la richesse et la luminosité de l’arrière-plan. Dans l’œuvre de Matthias Braun, ci-contre : la masse nuageuse ou les vagues.

- Travaillez finement les nuances intermédiaires, car contraste ne signifie pas rupture. Dans l’œuvre de Mathias Braun : le vert de la mer se décline en plusieurs tonalités. Sur la première couche de vert assez diluée, il a ajouté des pointes de couleur moins diluées.

- Pensez à atténuer la densité des couleurs et la force de leurs oppositions à mesure que vous vous rapprochez de l’horizon.