Aller au contenu principal

Composer une nature morte

Notez cet article
Average: 5 (1 vote)

Corbeille de fruits ou de légumes, brassée de fleurs fraîchement cueillies ou paire de lunettes abandonnée près d’un livre entrouvert : une nature morte est un arrêt sur image.

Quelques conseils pour lui donner un soupçon de vie !

1. Choisir les éléments

  • N’importe quel objet usuel peut trouver sa place au sein d’une nature morte : coupe de fruits, vase fleuri… mais aussi paire de bottines usagées, jouets, pile de linge repassé, etc.
  • Ensemble, ces différents objets doivent raconter une histoire, par exemple celle d’un repas interrompu : assiette à moitié vide, verre de vin, miche de pain entamée…
  • Vous pouvez aussi réunir des sujets hétéroclites, présentant un point commun : formes verticales, couleur ou matière identique (métal, verre…).

2. Composer la scène

  • Recherchez toujours une mise en scène réaliste. Posez les objets sur une surface qui leur correspond : parquet pour les jouets, sol carrelé pour les chaussures, nappe pour les corbeilles, fauteuil pour un chapeau, etc.
  • Rapprochez suffisamment les sujets suffisamment pour créer un lien entre eux.
  • Hiérarchisez les objets : en fonction de leur taille (les plus grands derrière) et de leur importance dans votre récit. Dans une scène de repas, une salière, même très ouvragée, reste un élément mineur.
  • Placez-les sur différents plans pour renforcer la profondeur de l’image. Certains objets peuvent en masquer partiellement d’autres.
  • Suggérez un cheminement visuel : par le plissé ou les motifs obliques d’une nappe, amenez l’œil de l’observateur jusqu’au principal centre d’intérêt. Posez des jalons : un fruit tombé accidentellement renvoie vers le compotier, etc.

 

Un conseil : prenez votre temps ! Multipliez les essais et attendez d’être pleinement satisfait avant de commencer à dessiner.

Le bon geste : Éclairer dans les règles

Travaillées tout en douceur ou exploitées franchement pour dramatiser la composition, c’est par l’alternance d’ombres et de lumières que vous offrirez à vos sujets des volumes réalistes. L’intensité de la source lumineuse et l’angle sous lequel elle aborde les différents sujets sont fondamentales. Choisissez-les soigneusement.