Envoyer à un ami Imprimer
Retour

Le cycle du Carbone

Le Carbone est le principal constituant du papier. 

 

Comment fonctionne le cycle du carbone ?

Le carbone ne pouvant être détruit, la quantité totale de carbone sur la Terre reste constante. Les échanges de carbone entre l’atmosphère, la biosphère (végétaux et animaux) et l’hydrosphère (les océans et organismes aquatiques) s’équilibrent naturellement. Cependant, les activités humaines émettent chaque année dans l’atmosphère environ 7,5 Gt de carbone dont la moitié est réabsorbée par les végétaux. Les émissions nettes de CO2 chaque année sont d’environ 3,5 Gt de carbone.

Qu’est-ce qu’un puits de carbone ?

Un puits de carbone est un réservoir naturel, ou artificiel de carbone qui absorbe le carbone de l'atmosphère et donc contribue à diminuer la quantité de CO2 atmosphérique. Le plus important puits de carbone est l’océan qui stocke environ 20 fois plus de carbone que les végétaux. Mais la déforestation est un phénomène naturel et anthropique qui réduit l’absorption du carbone atmosphérique par les végétaux en participant ainsi à l’accumulation du carbone dans l’atmosphère.

Comment le papier contribue-t-il au cycle du carbone ?

Le bois contient 50% de carbone qu’il a absorbé durant sa phase de croissance grâce aux mécanismes de la photosynthèse. Le bois coupé laisse la place à de jeunes arbres qui ont un rendement d’absorption plus important que les forêts anciennes. Il contient essentiellement de l’eau, de la cellulose, de la lignine et des éléments minéraux.

La fibre de cellulose issue du bois ou du coton est le principal constituant du papier. Le papier contient 27% de carbone, auxquels s’ajoutent celui émis lors des phases de production.

Le saviez-vous? 

En juillet 2010, pour lutter contre la déforestation, l’Union Européenne a adopté un nouveau règlement contre l’importation de bois illégal en Europe. 

Les émissions de CO2 sont naturellement liées à une forte utilisation d'énergie fossile, que nous avons cherché à réduire en utilisant le gaz naturel au lieu du fioul usuel. Pour limiter les pertes énergétiques, nous surveillons au plus près le bouclage de notre process, notamment via la mise en place d'un plan d'amélioration relatif à la réduction des pertes de chaleur. Ceci nous permet de réutiliser au mieux les gisements d'énergie encore sous exploités dans notre process. “  
Mr Philippe Noblet,  Directeur Technique