Envoyer à un ami Imprimer
Retour

Les finalistes du Prix Canson® 2015

 

Trisha DONNELLY

Née en 1974 à San Francisco, USA. Vit à New York et San Francisco, USA.

Si les oeuvres de l’artiste américaine, Trisha Donnelly peuvent prendre la forme de dessins, de photographies, de vidéos ou encore de pièces sonores, d’installations spatiales ou de performances, son travail ne peut être réduit à une déclinaison de techniques. Tous les supports avec lesquels elle travaille lui permettent de distiller des indices, entre actions et objets, entre réalité et perception du monde à la fois tangible et subtilement diffus. Ces dessins, au crayon, pastel, encre et graphite, d’une ligne précise qui s’exprime dans l’espace du blanc ou de la matière du papier, abordent d’ailleurs le plus souvent l’ébauche, le fragment, l’indice d’objets de la vie quotidienne ou le détail d’une forme choisie, un peu mystérieuse, et pourtant nommée par la précision de sa description comme de ses contours.

Expositions personnelles récentes : Galerie Air de Paris, Paris, France ; Serpentine Gallery, Londres, Royaume-Uni, San Francisco Museum of Modern Art, USA ; Porkus, Francfort, Allemagne.

 

Rokni HAERIZADEH

Né en 1978 à Téhéran, Iran. Vit à Dubaï, Emirats arabes unis. 

Rokni Haerizadeh, né en Iran et vivant désormais à Dubaï, s’est fait connaître pour ses peintures et ses dessins nourris d’une féroce narration sur les rites familiaux de sa propre culture, puis par son intense travail, mené avec une énergie mordante, de recyclage des images proliférant sur les sites de presse, réseaux sociaux ou de vidéos. Ses dessins récents, peints directement sur des clichés, sont à l’image d’une œuvre extravagante et endémique, en forme de fables politiques et morales, et font écho aux installations, peintures, films d’animation ou collages, dans lesquels il aborde, seul ou en duo avec son frère Ramin Haerizadeh, les discours de l’idéologie et la violence voyeuriste alimentés par les médias. « Grandir à Téhéran pendant la guerre Iran-Irak a eu un grand impact sur ma génération. Penser à la vie et à la mort, enfant, vous rend sérieux. » Et distant.

Expositions personnelles récentes : Kunstalle Zürich, Suisse ; galerie Isabelle van den Eynde, Dubaï ; New Museum, New York, USA.

 

David MUSGRAVE

Né en 1973 à Stockton-on-Tees, Royaume-Uni. Vit à Londres, Royaume-Uni.​

Avec ses légères sculptures de tôle d’acier ou de résine translucide ou ses très nombreux dessins, obtenus par pression et estampage, à la mine de graphite et crayons de couleur, d’objets tels que des cordes, des segments de fils libres, des bouts de carton, des éléments de plastique ou des papiers découpés et déchirés, l’artiste anglais, David Musgrave, explore, en sculpteur de l’inframince, les frontières aventureuses entre abstraction et figuration. Son oeuvre aborde dans cet esprit aussi bien l’installation murale, l’image numérique ou le dessin.
Entre empreintes d’objets réels et fictions graphiques, ses feuilles de papier, qui peuvent être froissées, pliées, tachées, et marquées à leur surface d’un libre réseau de lignes évanescentes, révèlent une matière fantôme, entre absence et révélation, et une manière ludique et exploratoire d’envisager les formes comme sources de troubles, de hasards et d’inventions.

Expositions personnelles récentes : Marc Foxx Gallery, Los Angeles, USA ; Luhring Augustine Gallery, New York, USA ; greengrassi Gallery, Londres, Angleterre; Tate Britain, Londres, Angleterre.

 

Mithu SEN

Née en 1971 à Burdwan, Inde. Vit à New Delhi, Inde.

Sculptures, installations d’objets et de reliefs organiques ou encore dessins d’encre et d’aquarelle réalisés sur des papiers de très grand format, l’artiste Mithu Sen, basée à New Delhi , a acquis, à l’instar des artistes indiens de la scène contemporaine, Subodh Gupta ou Rina Banerjee, une renommée internationale. Son œuvre acide, exploration imagée et dérision grotesque, évoque clairement les représentations du corps, la sexualité, les apparences du désir ou encore la porosité entre règne humain et animal. Entre tendresse du trait et prolifération graphique, son oeuvre fait une place primordiale au dessin, qui est parfois l’occasion d’installations spectaculaires.

Expositions personnelles récentes : Galerie Krinzinger, Vienna, Austria ; Eli and Edythe Broad Museum, Michigan, USA ; Galerie Nathalie Obadia, Paris & Bruxelles, France & Belgique.

 

Adrián VILLAR ROJAS

Né en 1980 à Rosario, Argentine. Vit à Rosario, Argentine.

Baleine géante échouée dans une forêt, éléphant à taille réelle encastré dans un amas de poutres, silhouettes humaines ou objets modernes pétrifiés dans des paysages catastrophiques de scories de lave refroidie ou encore architectures en ruine, la sculpture, modelée en argile fraîche, de l’artiste argentin Adriàn Villar Rojas prend toujours des aspects spectaculaires et des formats hors normes. Réalisées sur place et vouées à la destruction, les œuvres éphémères de l’artiste, nourri de littérature contemporaine, science-fiction, musique et bandes dessinées, abordent le thème de la fin de l’humanité : que restera-t-il après la fin du monde, après la fin de l’art ? Ses nombreux dessins et ses créations graphiques, jet d’encre et aquarelle sur papier, perpétuent, en écho, ou inventent selon une pratique autonome, des figures et paysages contigus à ses scénarios d’un monde apocalyptique, en proie à des bouleversements certains.

Expositions personnelles récentes : Marian Goodman Gallery, New York, USA ; Moderna Museet, Stockholm, Suède ; Fiac, Jardin des Tuileries, Paris, France ; Artonje Center, Séoul, Corée du Sud ; MoMa PS1, New York, USA ; Serpentine Gallery, Londres, Angleterre.