Envoyer à un ami Imprimer
Retour

Prix Canson® 2015 : Adrián Villar Rojas

« Loin de la fragilité du papier, Adrián Villar Rojas s’illustre dans le monumental. Avec des sculptures bétonnées qui vous glacent comme des visions post-apocalyptiques. Telle cette forêt de pylônes monstrueux, de champignons géants, qu’il imagine en 2011 pour la biennale de Venise, où il représente son pays. Ou cet énorme cône qu’il fait s’échouer, fusée terrassée, dans les Tuileries la même année. Ou bien encore ces concrétions de ciment, déchets et mauvaises herbes qu’il disperse en 2014 sur la High Line en friche à New York. Quand il s’empare du crayon ou du jet d’encre, rien de très riant non plus. Même si, sur la feuille, au détour d’une forme inquiétante, il y a la couleur qui surgit. Même si derrière les craquelures qu’il trace, l’utopie pointe son nez. On y décèle des mondes parallèles à la Antoine Volodine, des ruines pleines de promesses à la Mad Max. Comme si la légèreté du dessin autorisait à ce grand féru de science-fiction des élans de fantaisie que lui interdirait la sculpture. »

Thomas Jean, journaliste pour Beaux-Arts Magazine