Envoyer à un ami Imprimer
Retour

Le papier à l’œuvre, une exposition présentée par le Louvre et Canson® du 9 juin au 5 septembre 2011

24 Août 2011

Blanc, coloré ou calque, tramé, huilé ou filigrané, découpé, déchiré ou malmené, récupéré, le papier est un acteur à part entière du dessin. En témoigne cette exposition qui rassemble une soixantaine d’œuvres, du XVe siècle à aujourd’hui, issues des fonds du musée du Louvre ainsi que d’autres institutions.

L’exposition s’organise en cinq sections, jouant par principe sur les rapprochements entre anciens et modernes et sur la diversité des partis techniques et esthétiques.

 

Papiers et couleurs

 

La couleur peut être un masque, cachant, recouvrant le support tout en mettant en valeur le dessin de l’artiste : on voit ainsi des dessins sur papier rose de Botticelli, de Degas ou de Robert Barry – artiste conceptuel américain –, puis d’autres sur papier bleu (Jan de Cock, Lavinia Fontana), sur papier noir (Pierrette Bloch), ainsi que des huiles sur papier, comme celles de Vleughels, de Michallon ou de Simon Hantaï.

Papiers assemblés, papiers multipliés

La seconde section révèle toutes les savoureuses manipulations que l’on peut faire à partir d’une simple feuille : comment l’agrandir en collant d’autres morceaux (Rubens), élaborer une composition en rassemblant des fragments de dessins (Ingres), cacher une partie de la composition par d’autres éléments de papier, permettant d’introduire des repentirs (Jean Dubois); elle montre aussi comment dessiner dans le papier en silhouettant des profils par le simple jeu du noir et du blanc (Oberlin). Au XXe siècle, le procédé devient un art à part entière : c’est l’époque des papiers collés, des papiers découpés, ici illustrée avec des œuvres de Braque, de Picasso ou de Matisse.

Papiers fortuits, papiers élus

Le papier, qu’il soit pris au hasard ou soigneusement choisi pour ses qualités, reste un support d’expression privilégié pour l’artiste : en témoignent des œuvres de Rembrandt, Piranèse, Van Gogh, Seurat, Cézanne, Maillol, Picasso…

Transferts et transparences

Un dessin permet de répéter un autre dessin. Reporter une composition sur un autre support, donner à voir à travers le papier a toujours été nécessaire, et la pratique du calque, du décalque, de la perforation remonte à des temps très anciens.

Papiers magnifiés, papiers martyrisés

La dernière partie présente principalement des œuvres du XXe, siècle : Jean Arp, Jacques Villeglé, François Rouan, Claude Viallat, Eduardo Chillida, Christian Jaccard. D’un côté, des œuvres glorifiant la beauté du matériau, de l’autre des pièces le montrant mutilé ou en partie détruit. Mais on prendra ainsi conscience que les uns ne vont pas sans les autres et que la gloire des papiers tourmentés est universelle.

 

Introduite et clôturée par deux œuvres réalisées sur papier Canson® - le Nu bleu IV de Matisse et Combustion, mèche noire et traces de brûlures sur papier Canson® II de Jaccard-, l’exposition mettra à l’honneur quelques papiers fameux de la marque, tels le papier Ingres ou le papier Montval® , dans une section présentant les papiers élus par les artistes pour leurs caractéristiques particulières.

Enfin, à l’entrée de l’exposition, une œuvre de l’artiste contemporaine Dominique de Beir réalisée sur papier Montval® , sera l’occasion d’un retour sur l’histoire de ce papier très prisé des artistes, créé pour Aristide Maillol au début du XXe siècle et remise au point par Canson® en 1925 pour en assurer une large diffusion.

 

Commissaires de l’exposition : Natalie Coural avec la collaboration d’Hélène Grollemund et de Dominique Cordellier

 

Catalogue de l’exposition

 

Sous la direction de Natalie Coural.

Le livre coproduit par le musée du Louvre et les éditions Hazan comprend des essais qui retracent l’évolution, la circulation du matériau, ainsi que la mise au point à la fin du XVIIIe siècle de papiers conçus pour les artistes. Le catalogue présente les oeuvres sélectionnées, toutes reproduites en couleurs, selon le parcours de l’exposition : papiers colorés ; papiers assemblés, papiers multipliés ; papiers fortuits, papiers élus ; transferts et transparences ; papiers meurtris, papiers magnifiés. Pour entrer au cœur du papier, les textes d’ensemble comme les points de vue plus précis ont été confiés à des spécialistes, en croisant les regards : philosophes, historiens, historiens de l’art, chercheurs de laboratoires, restaurateurs et plasticiens.

 

Contact presse: Sophie Grange, sophie.grange@louvre.fr - Tél : 01 40 20 53 14